Archéologie, faux et usage de faux

verre romain

Un verre romain, sans doute faux

Depuis des siècles, les collectionneurs redoutent les faussaires qui s’enrichissent à leurs dépens, avec des contrefaçons souvent grossières mais parfois capables de défier le jugement des musées et des experts… quand les experts ne sont pas eux-mêmes des faussaires, comme le fut le peintre chinois Zhang Daqian.

L’archéologie est un domaine un peu particulier sous cet angle. Les faussaires sont certes innombrables – voir eBay – mais ils ont parfois d’autres motivations que l’argent. Leur but est alors d’appuyer une idéologie, d’apporter des arguments en faveur ou à l’encontre d’une théorie.

Pour cela, ils sont prêts à tout: inventer un site de toutes pièces ou ajouter un objet falsifié sur un site réel, modifier un vrai objet ancien en y ajoutant subrepticement un indice, traduire de manière très orientée un texte antique… ou au contraire, détruire des pièces ou des sites gênants.

Nombreux sont les gouvernants qui ont détourné l’archéologie, parfois avec un certain succès. Au Proche-Orient, toute découverte qui justifie ou contredit les récits de la Bible (pilier des revendications de l’antériorité des Hébreux sur un territoire) est explosive. Evoquons aussi les angoisses du Vatican lorsque Champollion étudia le zodiaque de Denderah, que certains estimaient vieux de plusieurs millénaires… ce qui le rendait antérieur à la création du monde selon les Ecritures. Quel soulagement lorsque Champollion l’estima dater du 2e siècle de notre ère!

En France, notons seulement que la recherche d’Alésia (dont l’emplacement reste très contesté) n’a commencé qu’au 19e siècle, avec la naissance d’un patriotisme national. Personne ne pensait à “nos ancêtres les Gaulois” auparavant, puisque seule la filiation importait au roi: il descendait de Clovis ou de Mérovée et cela suffisait.

Ce qui “fait le buzz” sur les réseaux sociaux

Trois sujets provoquent toujours des débats passionnés:

  • L’antériorité des découvertes (par exemple, qui a atteint le premier l’Amérique?). “Nous étions les premiers à…” est un slogan très répandu chez les Russes!
  • Ce qui touche à la foi comme les publications concernant l’Arche de Noé, le tombeau de Jésus, de nouveaux manuscrits de la Mer Morte ou, récemment, les prétendus restes de l’armée égyptienne submergée par la Mer Rouge lors de l’Exode.
  • Ce qui touche à l’hypothèse d’une intervention extraterrestre dans les civilisations antiques (Egypte, civilisations précolombiennes, etc.).

Toute rumeur de découverte fera aussitôt le tour du monde! Vous voulez essayer? Vous ne serez ni le premier, ni le dernier!

Il est vrai que la Science est prudente et sceptique, mais si elle critique une hypothèse inhabituelle, son auteur aura vite fait de dire que sa théorie est rejetée parce qu’elle dérange. Comment trouver un juste équilibre ? C’est le but de la zététique, une discipline enseignée dès l’Antiquité qui refuse toute affirmation dogmatique: elle considère le doute comme un moyen de progresser, et non une raison de rejeter.

Ce qui n’empêche pas les controverses de se déchaîner sur internet, avec de moins en moins de sens critique (vérifiez-vous toujours la véracité d’une information avant de la rediffuser?). Croyance et savoir ne font pas toujours bon ménage, quand on a tant envie de croire…

Ce contenu a été publié dans Les éditos, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *