Et l’on s’étonne que le français soit une langue difficile !

Un correspondant me signalait récemment que, sur le site de l’AnticoPedie, j’avais malencontreusement écrit UNE tétradrachme, alors qu’on dit UN tétradrachme.

Bon, il a raison, même si on dit UNE drachme ou UNE monnaie de quatre drachmes.

UN tétradrachme, Athènes, 393-350 av. J.-C.

J’ai cherché un peu, et suis tombé sur l’explication suivante:
Tétradrachme: l’Académie Française donnait ce mot pour féminin (éditions de 1762, 1798 et 1832) puis masculin (édition de 1932). Les archéologues en usent toujours au masculin, se conformant au mot grec qui est neutre.

Ah? Ainsi donc un mot serait masculin en français, parce qu’il est neutre en grec? Oui, me dit un autre correspondant, dans la mesure où le neutre est grammaticalement plus proche du masculin dans la structure de la langue grecque.

Voici donc un neutre qui ne l’est pas vraiment, quitte à heurter les féministes!

Une troisième voix intervient alors: “Le mot Epigramme n’est-il pas féminin alors que neutre en latin, et sans doute en grec également?

Et là, je trouve sur un vieux Larousse du XXe siècle (édition de 1930) qu’épigramme a été masculin jusqu’au milieu du XVIIe siècle… Le mot est aujourd’hui effectivement féminin, sauf s’il s’agit d’un épigramme d’agneau, un morceau de viande placé en haut des côtes.

Si les mots français changent tout le temps de genre, comment s’y retrouver ? En tous cas, merci à tous de vos remarques !

René Kauffmann

Ce contenu a été publié dans Les éditos, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *