Le monde romain… au Moyen-âge

La déposition d’un empereur fantoche en 476 n’a pas pu stopper les institutions romaines d’un seul coup: en Gaule, en Grande-Bretagne, en Maurétanie et en Dalmatie, des pouvoirs explicitement romains vont se perpétuer.

La fin de l’Empire romain d’Occident


Romulus Augustus, empereur d’octobre 475 à septembre 476, déposé par Odoacre
Romulus Augustule (“le petit Auguste”, comme l’ont surnommé ses contemporains) est le dernier empereur d’Occident à avoir été proclamé, en octobre 475.
Mais quand il est destitué l’année suivante, son prédécesseur Julius Nepos trône encore dans un palais de Dalmatie, protégé par la Légion du Danube.

Julius Nepos, empereur
de 474 à 475 et de 476 à 480
Si ce dernier a été déposé par les Barbares en août 475, il est parvenu à s’enfuir à travers la mer Adriatique. Or son collègue l’empereur d’Orient Zénon, qui règne à Constantinople de 474 à 491, n’a reconnu ni la déposition de Julius Nepos, ni la nomination du “petit Auguste”.

Zénon apporte ainsi à Julius Nepos une reconnaissance diplomatique qui couvre la moitié du Monde connu, ce qui permet de considérer Julius Nepos comme le dernier empereur de Rome. Un complot l’abat en 480, puis les Barbares d’Odoacre débarquent en Dalmatie deux ans plus tard.


La puissance romaine ne s’éteint pas pour autant

Il semble que c’en soit fini des Romains d’Occident. Ce serait oublier qu’en Grande-Bretagne, le quasi-mythique Ambroise Aurélien, un chef de guerre breton (la Bretagne étant notre Angleterre), utilise les bribes de tactiques de cavalerie laissées par Rome pour vaincre les Saxons.

D’autres Saxons, installés en Bessin – la région de Bayeux – vont eux aussi expérimenter dans leur chair le vieux savoir-faire romain ; le général romain Syagrius (430-486 environ), après avoir vaincu ces Barbares de la rive sud de la Manche, va employer les mêmes méthodes afin de repousser les Francs du roi Ragnachaire.
Syagrius porte-t-il vraiment le titre de “roi des Romains” lorsqu’il est vaincu et mis à mort par Clovis? Oui, s’il faut en croire les clercs qui rédigent le récit des victoires de Clovis, non si l’on se souvient combien les citoyens romains tenaient en mépris ce titre qu’ils considéraient archaïque et ne reconnaissaient qu’aux chefs de peuples barbares.

La victoire de Clovis à Soissons ne clôt pas l’ère romaine sur la Gaule. Le roi franc n’entre qu’en 488 à Paris et s’arrête sur les berges de la Seine. C’est seulement en 497 qu’un arrangement est passé avec les vestiges de l’armée romaine qui contrôlent les forêts profondes aux confins du Maine et de la Normandie actuels.

Enfin, au sud de la Méditerranée, une alliance entre Maures, Berbères et Romains continue de lutter contre le royaume Vandale par des raids qui descendent des zones montagneuses. Ce royaume disparaîtra définitivement en 533, vaincu par l’armée byzantine du général Bélisaire.


Les protagonistes…


Une remarque en passant : voici un pluriel qui devrait paraître singulier si j’ose dire, puisque le protagoniste, dans le théâtre grec, est l’acteur qui tient le rôle principal. Peut-il donc y en avoir plusieurs?

Ambroise Aurélien (Ambrosius Aurelianus). Ce légendaire chef de guerre des années 435 à 460 environ, issu d’une famille bretonne romanisée, conduit la résistance des troupes bretonnes face à l’invasion des Saxons. Cet épisode introduit son successeur, Uther Pendragon, père du roi Arthur…

Syagrius est le fils d’un officier romain qui s’est éloigné du pouvoir impérial et qui mourut en 464. Il hérite d’une partie de la Gaule, dont la capitale est Soissons. A partir des années 480, les querelles avec les Francs se multiplient. Le nouveau roi des Francs Saliens, Clovis, s’attaque à la Gaule en commençant par le territoire de Syagrius. La bataille de Soissons (avec l’épisode du célèbre vase) marque la fin du dernier état gallo-romain libre.

Ce contenu a été publié dans Les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *